top of page

Les excès de certains motards en forêt de Fontainebleau : quelles solutions contre le vacarme et l’insécurité routière ?


La République de Seine et Marne s’est fait l’écho lundi dernier d’un coup de gueule d’un habitant d’Episy, concernant les nuisances et l’insécurité provoquées par les rues et rodéos incessants de certains groupes de motards, j’insiste certains motards, qui font de la D148 et de la fameuse route de l’Escargot, un point noir de l’insécurité routière depuis vingt ans. Étrange, ce n’est pas un habitant qui n’est pas satisfait. Cela ne justifierait en rien un papier. Non il faut dire la vérité, notamment dès 2014, donc voilà déjà dix ans, la plupart des riverains de Sorques-Montigny, les centres équestres du secteur, les associations de randonneurs, des élus et plus récemment notre association sauvez la forêt de Fontainebleau sont intervenues auprès des pouvoirs publics : conseil général, sous-préfecture, ONF et donc Etat, pour mettre fin à ces nuisances. En vain d’ailleurs. On nous parle de la mise en place d’un radar itinérant. En juin 2015, Jean-François Onetto vice président chargé des routes au conseil départemental indiquait qu’il saisissait l’Etat pour l’installation d’un radar. Dix ans plus tard :

rien !!! En attendant ce sont des bandes rugueuses qui ont été placées d’abord. À l’intersection de la route Ronde et dans la grande ligne droite, avant la montée dans les virages de l’Escargot. Bien sur des contrôles de police ont lieu régulièrement. Mais cela n’a en rien diminué le phénomène de regroupement de motards avides de vitesse et de « runs »en virages dangereux. D’où en 2015, une manifestation organisée sur place par les riverains. Donc pas un habitant. Beaucoup, beaucoup….On le sait, il suffit d’un beau rayon de soleil, le week-end et hop des dizaines de motards rappliquent au carrefour de Vienne. Les démarrages se succèdent, bruyants très bruyants, en direction de Sorques. Puis les mêmes motards font demi tour et redescendent. C’est à ceux qui feront les plus beaux virages, un genoux frôlant le sol comme sur les vrais circuits motos. Sauf que le hasard, l’imprudence, le manque d’expérience ou l’inconscience fait que souvent la moto dérape, ou les motards franchissent la ligne blanche et se retrouvent face aux voitures qui descendent notamment. En octobre 2023, moi-même je me suis retrouvé face à deux motards qui venaient sur ma voie de circulation. J’ai évité la collision en me t’abattant sur la droite, prenant le risque de taper un rocher ou un arbre. Et ce genre de situation se répète souvent. Quand nous évoquions ce dossier en 2015 dans les colonnes du Parisien, on dénombrait une dizaine d’accidents graves en 8 ans dont 3 motards décédés. Entre 2018 et 2022, 16 accidents graves ont été recensés. Exemple en septembre 2018, un motard de 35 ans a percuté en face à face une voiture dans les virages de l’Escargot. Il va terminer sa course dans la galerie, qui porte des vélos. Un miraculé. En septembre 2020, la police, avec leur radar, flashe un motard à 179 km/h. Sa moto est donc placée en fourrière. Pour résumer le dossier, c’est toute la D148 qui pose problème de l’Obélisque à Sorques. D’abord cette route comprend plusieurs lignes droite qui incite les motards à mettre la poignée en coin. Notamment celle qui passe sous l’aqueduc de la Vanne avec le carrefour très dangereux de la Croix du Grand Maître. Les fameuses bandes rugueuses, placées de part et d’autres ne servent à rien ou presque. Pourquoi ? Car l’automobiliste ou le motard ressentent moins la rugosité en accélérant. Après, un radar dit pédagogique avertit si on dépasse les 70 km/h. Puis on repasse à 90 km/h avant les dernières bandes rugueuses et les lacets de la route de l’Escargot. Mais comme elles sont placées bien avant les lacets, le motard a le temps prendre de l’élan. Nous avions suggéré des bandes rugueuses dans les virages. Mais à l’époque la DDE estimait que cela serait dangereux pour la circulation. Ce qui vient troubler la résolution de ce dossier, c’est aussi l’utilisation de ce site par l’école des motocyclistes de la gendarmerie, basée à Fontainebleau. On pourrait dire qu’indirectement ces motards dits officiels ne donnent pas le bon exemple, même si c’est indispensable à leur entraînement. J’avais interpellé à ce sujet le colonel de la gendarmerie. On nous reparle de la pause d’un radar dit itinérant. ok pour les lignes droite. Mais cela ne résout en rien l’insécurité dans les virages. On pourrait descendre la limitation de vitesse à 30 km/h. Excessif diront certains. Mais dans la réalité, les prudents qui empruntent les lacets sont rarement à plus de 40 km/. Exceptés certains motards. On comprend bien qu’une partie d’entre eux veulent se faire plaisir avec la bécane, jouer les compétiteurs de virages. Il est vrai qu’à part le circuit Carole, il y a peu de possibilités. Mais vous connaissez l’adage. La liberté des uns s’arrêtent où démarrent celles des autres. Bref il n’existe pas de loi autorisant les motards à braver le danger pour eux et les autres. Et puis il existe une autre nuisance très très importante : le vrombissement des engins. On peut parler de vacarme assourdissant. Pour une forêt dite d’exception c’est quand même scandaleux non ? Surtout qu’à proximité, voilà quelques années subsistait encore « une zone de silence » qui concernait le secteur de la Malmontagne. Par définition une zone de silence permet de respecter notamment la tranquillité de la faune sauvage. Mais le bruit des motos s’entend facilement à plus de 3 kms. Emmanuel Thilbier acousticien à l’Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie rappelle un fait méconnu du grand public. « L’excès de bruit provoque une charge mentale importante qui va peu à peu altérer les périodes de sommeil. On accroît peu à peu les risques d’AVC, de maladies cardio-vasculaires, etc » Mais bon faire ronfler une moto c’est un tel plaisir !!! Peut-être faudrait-il faire des mesures des décibels au carrefour de Vienne. Même les instructeurs de moto n’aiment pas trop le spectacle de la route de Sorques. L’un d’eux poussait déjà un coup de gueule en 2015 : «ceux qui provoquent l’insécurité routière sont la honte de la communauté motarde ! »

Pascal Villebeuf

Président de l’association Sauvez la Forêt de Fontainebleau

Vice-pdt de la fédération de défense des forêts d’Ile deFrance.


29 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page