top of page

Les coupes EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU : une autre approche


Chaque année le manège des coupes de bois recommence. Comme une litanie sans fin. Les arbres tombent et beaucoup n’y comprennent rien. Apres quelques frictions avec l’ONF, nous avons décidé de faite toute la lumière sur un maximum de coupes de bois, afin d’éclairer le grand public, les élus, de manière plus dépassionné. Car même un connaisseur a du mal a se frayer un chemin dans les pratiques sylvicoles de l’ONF. Certaines semblent couler de source. D’autres se heurtent au visuel de la réalité de terrain, à la quantité de grûmes récoltées. D’autres sont vraiment difficile à accepter. Difficile de s’y retrouver. Alors quelques gros plan sur des coupes en cours. Nous essaierons de vous expliquer à chaque fois le pourquoi du comment.

A LARCHANT, FORÊT DE LA COMMANDERIE.

Des personnes nous ont signalé des coupes importantes, non loin du secteur de l’Elephant et de la DJ. L’ONF nous a spontanément signalé qu’il s’agissait de pins sylvestres dépérissants sur une zone assez étendue, parcelles 140, 141, 144, 145, 134 et 135. Cette fois-ci, car c’est rarement le cas, le forestier a indiqué le nombre de m3 exploité, soit 500 m3. Un chantier à exécuter avant le 31 mars. Ce secteur situé au sud ouest de la forêt est particulièrement sec et se mélange aux chaos rocheux. Comme on le montre sur une autre photo, le phénomène de sécheresse sur pied devient très courant. Et des arbres sèchent sur pied et cassent net. Un phénomène qui devient fréquent.

AU COQUIBUS (secteur sud ouest du massif)

AUTOUR de la Ferme du Coquibus, refuge original des Amis de la Nature, les plus gros arbres sont tombés, chênes ou châtaigniers. Comme le souligne Alice, pilier du Coquibus, « l’horizon est maintenant tout dégagé. Il n’y a plus de vieux arbres. Les oiseaux, on les entend de moins en moins. C’est vraiment triste. » Alors pouvait-on faire autrement ? Sur place, le forestier a placé un panneau qui explique bien le tiraillement auquel il doit faire face. Titre : information abattage d’arbres. « Les. Arbres de ce secteur de forêt sont fragilisés par les changements climatiques et la sécheresse. Ils sont en situation de dépérissement. Ils finiront par mourir. Pourtant, ils présentent encore une bonne qualité de bois qui permettra de les valoriser en bois d’œuvre : charpente, tonneaux…. ». Bien sur, l’idéal serait de les conserver sur place, afin qu’ils continuent à jouer un rôle de biodiversité. Refuge et nourriture pour les oiseaux, tels les pics, puis leur envahissement par les insectes dévoreurs de bois, les champignons, afin de créer des ilôts uniques de biodiversité. Sur le panneau ONF, bien renseigné, il est indiqué que la récolte est de 1500 m3 pour 600 hectares (notamment la. Parcelle 14).

A noter, en forêt domaniale, les coupes et le débardage doivent s'arrêter le 1er avril.


Si vous voyez des coupes de bois qui vous questionne dans la forêt de Fontainebleau, n’hésitez pas à nous le faire savoir et nous vous renseigneront sur le pourquoi du comment. Mail : sauvezlaforetdefontainebleau2022@yahoo.com

Pascal Villebeuf

Président de l’association Sauvez la forêt de Fontainebleau

Vice-président de la fédération de l’Appel des Forêts


51 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LES TÉMOINS D’UNE SOCIETÉ À SAUVER 1-

Camille Lefaure ou la jeunesse éclairée « La biodiversité et nos forêts, qui tissent l’équilibre même de notre existence, ont besoin de nous, de notre énergie et de notre engagement. Imaginez un monde

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page