top of page

Interview de MARIE STELLA DUCHIRON, spécialiste des écosystèmes forestiers : l »avenir des forêts

Interview de MARIE STELLA DUCHIRON, spécialiste des écosystèmes forestiers : quel. Avenir pour nos forêts à Fontainebleau et en Ile de France

Le 17 novembre, notre association organise, avec l’Ecole des Mines (Café Moebius), une conférence sur l’avenir de nos forêts et leur gestion, sérieusement mis en cause. En dehors des éléments de langage, et des tabous de l’administration forestière, Marie Stella Duchiron apporte un éclairage nouveau et fondé sur ce qu’elle appelle la « sylviculture sauvage » qu’il faudrait appliquer, pour sauver nos forêts. Docteur en sciences forestières, ingénieur du génie rural des eaux et forêts, issue de la grande école forestière d’Europe Centrale (notamment en Allemagne), elle est depuis quarante ans, au service des écosystèmes forestiers, avec de nombreuses recherches scientifiques. Vous verrez, nous sommes très loin des discours officiels, qui cachent la vérité aux français !!!! NOS FORÊTS À FONTAINEBLEAU ET EN DANS TOUTE L’ÎLE DE FRANCE SONT EN DANGER !!!!! RÉVEILLEZ VOUS !!!!

Vous pourrez rencontrer Marie Stella Duchiron le 17 novembre 2023 à la bibliothèque de l’Ecole ds Mines, au 38 St-Honoré à Fontainebleau (parking Boufflers pour se garer, avec une sortie piéton vers la rue St Honoré. Rendez vous à 18 heures. Vous pouvez réservez auprès de notre association sur notre mail : sauvezlaforetdefontainebleau2022@yahoo.com

Dépêchez vous car les places sont limités.


Questions a Marie  Stella Duchiron sur l’avenir de nos forêts

QUESTION 1

En Ile de France, la pratique de la futaie irrégulière n’est mise en place que depuis une petite dizaine d’années. Mais pas vraiment appliquée, façon forêt jardinée et plus naturelle. Et le mal est fait, car la sylviculture industrielle a auparavant banalisé nos massifs, a sacrifié le sous étage, la couche d’humus, la diversité des essences, bouleversé les écosystèmes et donc la biodiversité.  Et maintenant la repousse, notamment des feuillus, en régénération artificielle ou naturelle devient compliquée. Quelle solutions très concrètes peut on proposer au gouvernement et aux gestionnaires des forêts, pour sauvegarder nos massifs et qu’ils continuent à jouer au maximum leurs rôle de régulateurs de climat et de stockage de CO2 ?

RÉPONSE 1

« Je vais vous parler de sylviculture d'écosystème plutôt que de sylviculture en futaie irrégulière car on a fourré sous l'expression de "futaie irrégulière" tous les abus possibles, tout en faisant croire au public que c'était une sylviculture écologique et bonne pour la forêt. Je préfère quelqu'un qui me parle de ses coupes rases, au moins c'est exprimé honnêtement, tandis que celui qui parle de futaie irrégulière tout en écrémant les forêts, parle de manière fourbe. C'est ainsi que les forêts ont été gérées de manière très intensive, avec des coupes très fréquentes dans le temps les dépouillant de leurs gros arbres et les laissant sans sous-bois. Des forêts dont le couvert est ainsi très clairsemé, n'ont plus de micro-climat. La disparition des sous-bois expose les écosystèmes à tous les à-coups climatiques, notamment les sols et finalement les arbres qui sont soumis à des stress importants par manque d'eau (l'eau s'évapore des sols). La solution est de laisser ces forêts se reposer pendant plusieurs décennies et reconstituer lentement leur sous-bois de manière naturelle. Il est dans l'intérêt économique comme écologique pour un propriétaire forestier d'avoir des forêts résistantes à tous les aléas climatiques : ces forêts-là sont denses et on y coupe peu de bois mais quelques très gros arbres (pas tous ! on laisse beaucoup de gros et très gros arbres) qui rapporteront financièrement davantage au propriétaire que des coupes fréquentes d'arbres de faibles diamètres. On y pratique des coupes dites "jardinatoires", c'est-à-dire des coupes par pied d'arbre. Le stockage de CO2 se fait prioritairement dans les sols des forêts anciennes à haute naturalité, plus que dans les arbres. On peut ainsi aisément comprendre que l'Etat et les propriétaires auraient tout intérêt à ralentir les coupes d'arbres et à préserver l'écosystème forestier. »

QUESTION 2

Faut-il beaucoup moins couper dans les forêts francilienne ? Exemple en forêt de Fontainebleau, on coupe 40 000 m3 par an, pour un massif fragilisé, faut il drastiquement réduire de moitié la récolte ? Faut il planter en masse, les parcelles dégarnis ? Doit on utiliser des techniques proche de la Permaculture : beaucoup de mélanges d’essence, plus d’humus par un apport de broyat… etc ?

Réponse 2

Le drame de la gestion forestière de ces forêts franciliennes (on ne peut pas parler de sylviculture mais uniquement de coupes de bois) est de ne pas intégrer l'analyse écologique des forêts avant de couper des arbres.

On coupe des arbres pour atteindre un volume de bois à vendre et ceci de la même manière que ce soit dans les forêts sur sols riches, qu'en forêts sur sols pauvres. C'est une hérésie de pratiquer une coupe sans se soucier auparavant de la nature des sols et de leur vulnérabilité. C'est ainsi que des parcelles forestières entières ont été ruinées en forêt de Fontainebleau depuis soixante ans. Par ailleurs il faut souligner que toutes les forêts franciliennes jouent un tout autre rôle que celui de productrices de bois pour la vente. Ces forêts sont le poumon de Paris et la région parisienne. Il est très important qu'elles soient laissées dans un état très naturel pour leur permettre de tenir leur rôle de dépolluant de l'air. De plus, elles ont un rôle tout aussi primordial d'accueil du public qui cherche un ressourcement et une quiétude au contact de l'aspect naturel et sauvage des forêts, après avoir été plongé dans un cadre parisien très déshumanisant. Le meilleur conseil : ne plus toucher à ces forêts et les laisser en libre évolution. Dans le cas de parcelles détruites par des coupes abusives, il faudra réfléchir à planter des espèces feuillues en respectant la dynamique naturelle : on ne plante pas des arbres d'ornement, ni des espèces exotiques, mais des arbres forestiers dont le rôle va être de reconstituer lentement les sols dégradés. Plus que de vouloir beaucoup de mélanges d'espèces, il faut préférer les mélanges naturels et parfois la monospécificité des hêtraies naturelles matures. Moins on touche à la forêt, mieux elle se porte. »

QUESTION 3

Quelles sont précisément, les espèces de feuillus qu’il faut maintenant replanter en Ile de France ? Faut il mettre en place des pépinières par forêt, pour éviter d’introduire des plants qui ne sont pas originaires de la forêt concernée ? Faut il plus travailler sur des arbres hybridés naturellement ou artificiellement ? Quelles sont les espèces qu’il faut absolument éviter : résineux, arbres exotiques ?

Réponse 3

« Par pitié, ne me parlez pas d'arbres hybridés ou de manipulations génétiques sur les espèces d'arbres ! On n'est pas dans l'agro-ligniculture ! Ici il s'agit de reconstituer des écosystèmes dégradés par des coupes abusives. Il faut laisser des espèces pionnières comme le bouleau, faire leur travail de décompactage des sols défoncés par les engins utilisés lors des coupes. Il faut observer comment la nature réagit et aller dans son sens. A éviter absolument et sans hésitations : les conifères (ou "résineux") et les exotiques. L'homme a agi trop souvent jusqu'ici comme un apprenti sorcier. Les perturbations météorologiques que nous observons à l'heure actuelle, ne permettent plus d'agir de la sorte, à défaut de quoi l'homme entraînera les forêts dans une destruction irréversible : quand un sol est détruit, plus rien ne pousse. »

QUESTION 4

A la lecture de votre analyse de la futaie irrégulière et ses défauts actuels, faut-il revoir l’enseignement de la sylviculture en France ? Faut-il imposer une vraie sylviculture jardinée ?

Réponse 4

« Il n'y a malheureusement pas d'enseignement véritable de sylviculture en France. On réduit la sylviculture à une liste des différents types de coupes de bois en forêt. La France est le dernier pays au monde à parler de "traitement sylvicole". Or la sylviculture est une science - à laquelle est rattachée une Recherche - fondée sur l'écologie de l'écosystème tout en prenant en considération des objectifs économiques. Un bon forestier est un forestier qui ne coupe pas les arbres avant d'avoir analysé son écosystème. L'arbre qui est alors coupé, ne l'est plus prioritairement pour son volume mais pour le rôle qu'il joue ou non au sein de l'écosystème : son départ va-t-il ou non perturber le fonctionnement de l'écosystème ? Seule une sylviculture jardinatoire - pour obtenir une futaie jardinée dense - permet d'aboutir aux objectifs de préservation de l'écosystème. Ceci dit, il est très important de laisser les propriétaires libres : pas d'idéologie ni de fanatisme, ce sont des conseils de bon sens fondés scientifiquement qui sont donnés ici. En revanche en forêt domaniale, on devrait avant tout exiger que la fonction sociale soit privilégiée par rapport à la fonction de production lucrative de bois. »

QUESTION 5

Concernant la gestion des 25% des forêts françaises par l’Office des Forêts, ne faut il pas redonner une nouvelle ligne directrice aux plans d’aménagement des massifs, faut il un contrôle de cette gestion, faut il embaucher plus de forestiers et doté le tout d’un gros budget, sur le principe : la préservation des forêts méritent un gros investissement ?

Réponse 5

« Les forêts gérées par l'ONF devraient, comme je l'ai dit précédemment, être préservées et tenues hors de la production ! Elles ont un rôle emblématique dans l'Histoire de la France, elles sont les joyaux de la Couronne, elles doivent être traitées comme un bijou : on ne le désintègre pas en morceaux pour faire de l'argent. Je pense qu'il faudrait non pas davantage de forestiers mais au niveau décisionnel des forestiers qu’ils aient un profil comparable à ceux d'Outre-Rhin, à savoir le plus haut niveau français d'ingénieur en Sciences forestières (il faut revenir au niveau universitaire des "Eaux et Forêts" d'autrefois alors qu'aujourd'hui on a rabaissé le niveau universitaire de l'enseignement forestier pour le réduire à une spécialisation de troisième année d'une école d'agronomie...) et obligatoirement un Doctorat en Sciences forestières pour éviter la tendance classique de s'asseoir sur ses acquis scolaires. De tels forestiers qui se sont remis en question par des travaux de recherche, sont davantage capables de comprendre la portée de leurs gestes en forêt. Ce sont eux qui font avancer la science sylvicole. En outre, les forêts domaniales devraient être confiées à ce qui correspondrait aux anciens Conservatoires des Eaux et Forêts et non à un EPIC (Etablissement public à caractère industriel et commercial) comme l'ONF. »

QUESTION 6

Comment voyez vous la pression de la filière bois, le mirage du bois, énergie et matière soi disant renouvelable sans fin, la pollution engendrée par les chaufferies industrielles au bois. Ne faut il pas expliquer au public que le bois est très précieux et qu’il faut l’utiliser avec parcimonie et que pour des besoins essentiels ? Bref, la politique bois n’est elle pas actuellement dans une impasse ?

Réponse 6

« Le bois n'est pas une énergie renouvelable : il lui faut des années, des siècles, pour se reconstituer. Les sols sur lesquels poussent les arbres sont d'une vulnérabilité extrême, ils ne sont pas renouvelables : sur un sol dégradé, plus rien ne pousse. Tous ces paramètres sont à prendre en considération. Le mirage du bois n'est qu'un coup d'éclat politique. Il faut se méfier des effets de modes et de la propagande qui n'ont d'autre objectif que d'enrichir certains lobbies en profitant financièrement de la crédulité des consommateurs. Tout est question de modération, de mesure. Il faut réfléchir. Peut-être avons-nous oublié que nous avions un cerveau pour réfléchir... Allons voir les forêts des pays germaniques et des Balkans. Dans ces régions, ce sont de grands forestiers qui gèrent, respectent et vénèrent leurs forêts. »

PROPOS RECUEILLIS PAR PASCAL VILLEBEUF, ex journaliste au Parisien et Radio France, président de l’association Sauvez la Forêt de Fontainebleau, membre de l’Appel des Forêts Ile de France.


21 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page