Forêt de Fontainebleau : une hêtraie qui n’aurait jamais dû tomber sous les tronçonneuses




Hêtre ou ne pas Hêtre ! La semaine dernière c’est une des plus belles hêtraies de la forêt de Fontainebleau qui est tombée, victime des tronçonneuses. Alors qu’elle constituait un patrimoine paysager unique, d’ailleurs indiqué sur la dernière carte IGN, fabriquée avec l’aide de l’association des Amis de la Forêt (AFF). Ces derniers n’ont apparemment pas été assez attentifs aux programmes des coupes, prévues par la plan d’aménagement 2016-2035. C’est tout le drame de ce plan d’aménagement, largement dépassé. Pour constater cette situation incroyable, il suffit de se garer au parking des Pieds Pourris, le long de la D152, à proximité d’Ury. La parcelle 673, je l’avais découvert voilà quelques mois. Une ambiance paysagère typique des hêtraies : de la fraîcheur, beaucoup de verdure, une allure qui reflétait encore un paysage authentique de la forêt de Fontainebleau, coincée entre d’anciennes coupes rases et des parcelles enrésinées par des pins sylvestres. Et puis en février, j’y suis retourné et j’ai vu du martelage (marque des forestiers de l’ONF pour désigner les arbres qui seront coupés) et le fameux rond-rouge qui s’étalait sur de nombreux hêtres, dont certains avaient sûrement plus de 300 ans !!! J’avais signalé ce fait à l’ONF en regrettant cette coupe qui me paraissait injustifiée, par mail. Question restée sans réponse. Et puis le 5 mars, un peu par hasard je suis retourné sur place. Et bim, l’horreur! Sur place ce sont les grumes (troncs) de 80 hêtres magnifiques qui gisent à terre, le long de la route de Montpensier . Et derrière, le vide. Ce n’est pas techniquement une coupe rase. Mais cela y ressemble Fortement ! Il ne reste plus qu’une immense clairière, un sol mis à nu. La hêtraie a pratiquement disparu. L’ONF y a laissé ce qu’on appelle certains bouquets de vieillissement et les fameux arbres mort au losange ocre, qui va faciliter la conservation de l’écosystème insectes-oiseaux. Dont acte. Mais qu’en est il de la biodiversité des arbres ? Et du devenir de cette parcelle ? Déjà, on apprend une étrange information venue de l’ONF. « Oui vous avez raison, c’était un patrimoine paysager intéressant. On aurait pu éviter de couper ces hêtres. Mais la parcelle a été martelée en 2018-2019 et on ne pouvait pas revenir en arrière. » Une réflexion qui montre bien que le plan d’aménagement 2016-2035 est obsolète. Au moment où l’ONF montre quelques velléités à booster la biodiversité, avec une gestion plus douce d’un côté Mais une applicatio, sans remise en question du fameux Plan 2016-2035. Le problème de cette parcelle 673, dont une partie a été mise à nue, c’est la repousse. La parcelle va s’assècher et bien sur le pin sylvestre guette l’occasion d’y conquérir une nouvelle place. Ce qu’on appelle l’enrésinement. Mais dans cette coupe dramatique, ce qui choque aussi autant, ce sont les panneaux installés par l’ONF, pour justifier cette coupe. Le premier annonce : « ici, l’ONF fait renaître la forêt ». Ah oui en supprimant un écosystème qui ne reviendra jamais ? Et de justifier : « la coupe s’imposait afin de lutter contre des parasites ». Ah oui, ce sont des épicéas ? Il y a des scooters dans le secteur ? Non bien sur ! « La repousse : l’ONF aide la forêt à se reconstruire ». Cela aurait été mieux de ne pas détruire. De laisser la nature suivre son chemin ! Ou encore : « L’ONF diversifie son action pour rendre les forêts plus résistantes ». Incroyable, mais vrai. Mais le panneau qui couronne cette faute grave et qui interpelle encore plus, est accroché un peu plus loin. Au logo République Française et Union Européenne. « ici l’Etat et l’Union Européenne investissent pour le renouvellement forestier dans le cadre de la lutte contre les effets climatiques !!!!! » Du jamais vus, une coupe de vieux arbres, qui stockent le C02 et qui constituent un paysage et un écosystème unique, qui ferait partie de la lutte contre le réchauffement climatique!!! Dingue non ?



Les coupes brutales et souvent injustifiées se perpétuent. Exemple parcelles 552-555, au dessus du bivouac de Bourron Marlotte, dans un vallon typique des paysages des peintres de Barbizon avec des chênes et des hêtres magnifiques. Là aussi une coupe brutale, avec même des arbres tombés dans la pente où se mêlent rochers et bouquets de houx. On a aussi beaucoup coupé autour de la route forestière du château, le long de la D409. Et je ne parle pas des coupes dites de sécurité le long des routes, qui cette année battent des records, notamment D152 et D606, le long des ex terrains militaires. Nous reviendrons en détail sur ce plan d’aménagement qui doit absolument être revu et corrigé. Si vous êtes témoins de coupes importantes ou d’autres informations concernant la forêt, contactez moi. Merci

Pascal Villebeuf, reporter

Spécialiste de la forêt depuis 1984.

LÉGENDE photos : Un panorama sur la coupe pratiquée sur la parcelle 673. Et les panneaux ridicules et donnant une désinformation au public pour justifier cette quasi coupe rase de hêtres, dont certains dépassaient les 300 ans.


286 vues0 commentaire