top of page

Forêt de Fontainebleau : une expérience pilote sur la protection des plantations

Près d’Ury, parcelle 673, vient d’être mis en place une opération pilote portant sur les protections individuelles des plants contre l’appétit des ongulés. C’est à dire les cervidés qui peuvent causer des dégâts sur les jeunes plants mis en place par les forestiers dans le cadre de la replantation du massif (ex :63 000 plants pour l’hiver 2022-2023). Il s’agit d’un projet expérimental baptisé PICO (protection individuelles des plants contre les Ongulés). La parcelle 673 de la forêt de Fontainebleau (nous avions dénoncé cette grosse coupe d’éclaircie de hêtre, à l’hiver 2021-2022) fait maintenant partie de 14 sites pilote en France et en Belgique. Son but : expérimenter et comparer différentes méthodes de protection individuelle de plants forestiers contre les dégâts éventuellement causés par le cerf et le chevreuil (cela s’appelle le phénomène d’abroutissement). Le projet se focalise sur 8 méthodes de protection, type clôture ou répulsives qui sont déjà utilisées mais sans qu’une étude sérieuse ait été menée pour analyser leur performance. En observant les carrés de plantation de la parcelle 673, on peut y voir les différentes méthodes qui vont être testés : chaux hydraulique, peinture aux composants amers bleue ou blanche, pâte à bourgeon Elaf, etc. Restera ensuite à procéder à un suivi des dégâts, selon le type de protection. Des inventaires bisannuels des taux de dégâts permettrons d’estimer l’efficacité relatives des méthodes de protection, les unes par rapport aux autres. Il s’agît là aussi de réduire les coûts de protection des plantations. Le temps des grandes parcelles grillagées sur plusieurs hectares semble terminé. A la fin de cette expérimentation, une ou plusieurs méthodes seront conduites de façon plus large.

Sur les photos : les différentes méthodes de protection individuellles pour les plants de chênes.

80 vues0 commentaire

Comentários


Post: Blog2_Post
bottom of page